Pensez à mettre à jour votre navigateur

Vous utilisez une version obsolète d'Internet Explorer. Bon nombre de sites Web ne prennent plus en charge Internet Explorer 6 et vous ne pourrez plus accéder à ces sites avant d'avoir effectué la mise à jour de votre navigateur.

Vous n'êtes pas sûr ?

Visitez la page de support Microsoft.

Ce site reste consultable mais de manière beaucoup moins optimale qu'avec un navigateur récent.

Utilitaires Menu Catalogue Avantages

Javascript n'est pas activé !
Vous devez l'activer pour passer commande.

Recharger la page


Lots de 40 billets Allemands 1919 et 1922

  1. 39,00 €

    En stock, expédié sous 24 à 72h

    Commander

A la sortie de la 1ère guerre mondiale, l'Allemagne est ruinée par la guerre et par les dommages de guerre qui sont exigés par les alliés.
Le pays va connaitre une hyperinflation, unique par son ampleur, dans l'histoire des pays industrialisés.
Pour un $ on peut acheter un Mark en 1919, en 1923 on peut en acheter 4 200 000 000 000! Quatre mille deux cent milliards!
Nous vous proposons un lot de 26 billets de 50 marks de juin 1919, avant le début de l'hyperinflation, et 14 billets de 100 marks d'aout 1922.
Ils ont circulé, mais sont encore dans un état très correct. Moins d'un € le billet!

La chute du cours du mark s'accentue à partir de juin 1922 au moment où la conférence pour la fourniture d’un prêt par les Alliés échoue.
Les prêteurs étrangers sur le marché international perdent totalement confiance.
Les prix des repas servis au restaurant varient selon l’heure de la commande et l’heure à laquelle l’addition est présentée, si bien que les restaurateurs doivent offrir des plats en plus à leurs clients, ou leur faire payer l’addition en début de repas.
Durant l'été 1923, les paysans refusent en ville d'accepter le mark-papier en échange de leurs produits agricoles.
Les salariés se font payer deux fois par jour, etc.
En novembre 1923, la quantité de marks en circulation est 245 milliards de fois plus élevée qu’en 1914 mais le coût de la vie a été multiplié par un facteur de 1380 milliards, et encore, de façon disparate : les biens de premières nécessités connaissent une progression beaucoup plus rapide que les loyers, au point qu'à un moment donné, et à titre d'exemple, une banane pouvait coûter plus cher qu'une nuit d'hôtel.

haut de page